Immunomarquage et ses types


0
Categories : Les articles

Cependant, ce sont toutes des méthodes qui reposent sur l’utilisation d’anticorps pour détecter et identifier des protéines dans des échantillons biologiques. Ils peuvent être utilisés pour évaluer et identifier la distribution topographique des cellules anormales, des infiltrats de blastes et des mégacaryocytes. Le terme a été inventé en 1941 lorsqu’il a été utilisé pour la première fois pour décrire la coloration immunohistochimique. De nos jours, la coloration immunohistochimique n’est qu’une des nombreuses techniques d’immunocoloration établies, notamment le dosage immunoenzymatique, la cytométrie en flux, la microscopie immuno-électronique et le transfert Western.

Mots clés : Immunocoloration, Immunohistochimie, Types de coloration

Les techniques sont courantes dans les laboratoires de biologie et de biologie moléculaire et sont utilisées pour une variété d’applications dans un large éventail de domaines d’études, de l’oncologie à l’hydrobiologie. Ici, nous décrivons les cinq types de techniques d’immunocoloration.

Test immuno-enzymatique (ELISA)

Le dosage immuno-enzymatique, également connu sous le nom d’ELISA, est couramment utilisé en biochimie. Développée en 1971 par Engvall et Perlmann, la méthode quantifie les peptides, les protéines, les anticorps et les hormones présents dans un échantillon en immobilisant un antigène sur une surface solide avant qu’il ne soit complexé avec un anticorps associé à une enzyme.

L’identification est alors possible lorsque l’activité enzymatique conjuguée est évaluée par incubation avec un substrat, résultant en un produit mesurable.

Cytométrie en flux

Lorsque l’on cherche à déterminer les caractéristiques physiques et chimiques de cellules ou de particules, la cytométrie en flux est souvent la méthode la plus adaptée. La technique a été établie dans les années 1950 et, au fil des décennies, de nombreux progrès ont été réalisés dans sa méthodologie et son équipement. Actuellement, les mesures sont effectuées à partir de cellules en solution alors qu’elles traversent le laser de l’instrument à des vitesses de 10 000 cellules par seconde. La cytométrie en flux offre des avantages aux techniciens qui choisissent de l’utiliser, notamment une vitesse de débit d’échantillon élevée, ce qui en fait une option attrayante en tant que test d’immunocoloration.

Immuno-microscopie électronique

L’immuno-microscopie électronique, également appelée immunomarquage EM et immuno-EM, est une technique qui marque les molécules d’anticorps avec des substances denses aux électrons, généralement et plus efficacement, de petites particules d’or, qui sont considérées lors de l’analyse comme faciles à repérer. points sombres. Le test permet la détection simultanée de plus d’un type de molécule car des particules de différentes tailles peuvent être utilisées pour marquer différents anticorps.

Immunohistochimie

L’application la plus courante de l’immunocoloration est l’immunohistochimie, qui est utilisée pour aider au diagnostic de diverses maladies, y compris différents types de cancer. Il a également montré son utilisation en neuropathologie et en hématopathologie, aidant à la classification des maladies dans ces groupes et faisant évoluer les critères de leur diagnostic. Un autre domaine dans lequel il a eu un impact significatif est celui de l’étude génétique, où il a été utilisé pour déterminer le rôle de produits géniques spécifiques, élucider leur fonction dans les processus biologiques vitaux. La technique est devenue inestimable à la fois pour la recherche médicale et le diagnostic clinique. La méthode consiste à identifier sélectivementantigènesdans un échantillon de cellules au sein d’une section de tissu grâce au principe que certains anticorps se lieront à des antigènes spécifiques présents dans le tissu. Il a été établi dans les années 1930 avant d’être signalé pour la première fois en 1941.

Western blot

La dernière méthode d’immunocoloration est la méthode Western blot, une technique largement utilisée qui s’est fermement ancrée dans les domaines de la biologie cellulaire et moléculaire. Le Western blot permet aux chercheurs de déterminer et de quantifier les protéines existantes dans une cellule, en identifiant des protéines spécifiques à partir du mélange de protéines présentes dans les échantillons cellulaires.

Il y a trois parties à la méthode Western blot, la première est la séparation par taille, la seconde étant le transfert sur un support solide, et enfin, une protéine cible est marquée à l’aide d’un anticorps primaire et secondaire approprié pour la visualiser.

Résumé

Les méthodes d’immunocoloration sont devenues essentielles dans de nombreuses branches de l’étude scientifique, elles sont également bien établies dans diverses applications cliniques, principalement pour aider au diagnostic ainsi que pour déterminer des caractéristiques qui facilitent des critères de diagnostic plus précis.

Depuis que la technique d’immunohistochimie a été signalée pour la première fois en 1941, quatre autres types de techniques d’immunocoloration ont émergé : dosage immuno-enzymatique, cytométrie en flux, microscopie immuno-électronique et Western blot. Ces méthodes sont constamment étendues et développées, augmentant leur utilisation dans différentes applications et améliorant leur précision et leur fiabilité.